Uncategorized

Un lavis

Le voyageur pressé ou le randonneur qui aiment se déplacer léger, ont toujours un peu de place pour un carnet de croquis et quelques plumes…

Voici une version primitive du mazot…Pourquoi la laisser dormir?Image

Publicités
Par défaut
Uncategorized

La montagne

Lorsque j’ai commencé à peindre, je me suis intéressé  aux paysages. Nous passions alors  des vacances d’été à marcher dans la montagne « à vaches ».  J’ai encore le bruit des clarines dans la tête, et le fumet de ces ruminants me revient. J’ai une mémoire olfactive…

Pour la lumière, cela à été plus difficile à capter… »sur le motif », comme on dit.

Voici deux de ces réalisations. Peinture acrylique sur CP enduit…Formats…mais est-ci important? Plus grand que votre écran, en tous cas…

n°1 – La chapelle du col des Anes

n°2 – Le mazot. (Il n’y en a plus beaucoup en bon état!)

 

ImageImage

Par défaut
Uncategorized

La lune à Pierrot

 

Parfois la lune flotte

Dans l’eau du caniveau…..

Et, ce soir comme tantôt,

Les gouttes qui pianotent

 

Font dans le miroir d’eau

Une image qui tremblote,

Toute ronde et sanglote…

Figure et noir chapeau…

 

Oui, je suis bien là aussi.

C’est mon visage blême

Cette face de carême

Qui se reflète ici…

 

Tout à côté de l’astre.

Grêlure de cratères

Et barbe en magistère,

Associées, se contrastent…

 

Hécate et le vieux faune,

Dans l’eau noire, enlacés…

Etoile et mer ici réconciliées,

Ames sœurs, à l’aune

 

De nos doux cœurs….

Un revolin de vent,

Une risée droit devant

Vient casser le bonheur,

 

Ondoyant le miroir de l’eau,

Aux traits ronds des octants…

C’est le pied d’un passant

Qui plonge au caniveau…

 

On ne voit plus dedans,

Ce qui n’émeut personne…

Et pour lors je frissonne

Dans les giflées du vent…

 

Plus de visage blême

Parti, reflet de l’astre,

Plus de rondeurs de piastres

Seuls les vers du poème

 

 

 

Tentent encore d’apaiser

Cette soif que j’avais…

J’allais sûrement donner

Un bien chaste baiser…

 

A cette image ronde,

Spectre échoué au rivage

Désirable visage,

De femme blonde…

 

Ou bien de femme brune…

Qui flottait bien dans l’eau,

Dans l’eau du caniveau,

Hélas ce n’était que la lune…

 

Qui ce tantôt

Gisait à ce niveau…

 

Par défaut

Rêve lune au fond du jardin

Uncategorized

Rêve lune au fond du jardin

Image
Uncategorized

Sur un vieux thème:

 LA FORET

Forêt, étend ta sylve

Jusqu’en bordure des prés.

Protège bien les fées

Qui céans sont captives.

De ton ombre,

Abrite aussi les nymphes

Qui lors se recoiffent

Au bord des sources sombres,

Avant que le satyre,

Ce coquin qui gambade,

Leur offre quelque aubade

Pour mieux les faire courir….

Grand bois si profond,

Protège bien la terre,

Ce jusqu’à la lisière

Des champs de beau blé blond…

Que seul le promeneur,

Le poète ou le peintre

S’égarent sous tes cintres

De ramures de fleurs

Et viennent là s’étendre

Avec leur belle amie :

« Tu es si douce ma mie,

Qu’il me faut là te prendre,

Te donner plein d’amour :

Si blanche sous les branches,

Tant me plait de caresser tes hanches,

Poser ma tête sur tes seins de velours,

Et, rester là, jusqu’à la fin du jour »…

Hervé ALLIOUX Vire-La Graverie juin 2005, mai 2013

Par défaut