Arc en femme

Pastel. Mon premier essai de ce médium, cet été.

Publicités
Uncategorized

Arc en femme

Image

4 réflexions sur “Arc en femme

  1. Quel arc! T’aurait-elle touché en plein cœur? Un bel essai où ton arc à l’air d’apprécier la vie.
    Je souris car il est agréable de voir de nos jours des femmes avec un petit ventre et des cuisses bien pleines. L’image actuelle véhicule tellement des femmes « creuses ». Je ne dis pas aimer l’une ou l’autre, mais j’aime que tu étales ton image de la femme sans te laisser influencer par l’image « demandée ».
    Tout à l’heure, tu parlais du pardon. Je l’ai cuisiné pendant des années sans y ajouter une touche de lucidité. Aujourd’hui, j’ai toujours un regard émerveillé, je vais me laisser vivre et j’adapterai la recette au fur et à mesure au fil de la cuisson 🙂
    Très bonne soirée.
    Val

    • Bien sûr qu’elle m’a touché le coeur…C’est si facile, je ne le protège pas…
      J’aime le portrait et le corps des femmes, en peinture. Le corps d’une femme est toujours beau. Les canons et autres trucs ne sont faits que pour faire consommer, suivre un régime qui n’est pas toujours naturel et faire travailler les chirurgiens esthétiques. Le peintre n’en a cure. Il révèle ce qui lui plait, ce qui le captive, ce qui l’émeut, Il montre la vraie nature, là où est la tendresse, la chaleur et la vie. Et il a besoin de cette nourriture, de cette boisson enivrante. Il caresse son modèle du pinceau ou du doigt. Je suis heureux, très heureux de ton commentaire qui nous met en harmonie…
      Bonne journée Val.
      J’ai d’autres pastels encore à mettre sur le Blog.
      Au fait, la maison de Nohant était magnifique. Il y a tant de présences qui m’y ont parlé…
      Hervé

      • J’imagine en effet que tu as du t’évader dans cette demeure. Quand on pense à toutes les personnes qui y sont passées. Si nous entendions tout ce qu’elle a pu entendre, nous en aurions des surprises, qu’elles soient littéraires, musicales ou bien plus surprenantes encore.

      • La correspondance de George Sand, à elle seule, occupe 27 tomes en Classique Garnier. Non seulement les murs ont du entendre pas mal de choses, à commencer par la musique de Chopin (7 étés passés à Nohant), mais aussi celle de Litzt. Mais encore pas mal de scènes de ménage, des dialogues de théâtre de marionnettes, et les rires des enfants…Alors imagines…Mais cette maison est « habitée »…
        A bientôt, Hervé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s