Uncategorized

Feuille d’automne (Extrait du Crime de l’Ile d’Arz…H.Allioux)

« …On accédait au site par un petit chemin qui zigzaguait au milieu de la seule zone boisée d’importance que Arz renfermait.

C’était charmant, avec toutes ces feuilles qui, tombées à terre par la magie de l’automne, faisaient un épais tapis d’or, de rouille et de marron plus ou moins foncé. Il restait encore assez de feuillage aux branches pour qu’on l’entende bruire de temps en temps, quand le vent forcissait un peu, respirait plus profond, dans un grand soupir d’apaisement, une grande reprise de souffle. Alors, de nouvelles feuilles larguaient leurs amarres et entamaient en un bref mouvement de glissade sur l’aile, leur ultime voyage vers la terre en dessous. Si le vent se faisait plus insistant, c’étaient des chutes tumultueuses qui fixaient leur destin de devenir de la pourriture noble, de l’humus gras et noir destiné à renouveler le cycle de la vie végétale. « Tu es poussière et retourneras à la poussière… ». La vie a besoin de la mort. De la mort naît la vie. Mutations continues, cycles primordiaux, actes du destin inscrits dans le temps. J’imaginais ce temps qui emportait nos âmes, se déroulant en spirale ascendante. Du moins, et je le crois toujours, en repassant par les mêmes endroits, d’où, sans doute, nos impressions de « déjà vu », de circonstances déjà vécues. Mais ce mouvement nous mène toujours plus haut sur notre trajectoire, plus haut, toujours plus haut vers, le bonheur de l’âme et l’affinement spirituel. Cycle des âmes. Cheminement de nos karmas. Maud marchait devant moi. Je contemplais sa silhouette, sa tournure si bien prise, partant de ses pieds, au posé léger et glissé de danseuse, s’élevant en harmonie par ses mollets ronds, j’adore les mollets ronds chez les femmes, ses cuisses galbées et nerveuses, le modelé attirant de ses fesses hautes et subtilement dessinées , l’envolée de son dos qui s’épanouissait, se terminant dans les hauts, en épaules toutes en finesses, ni trop fortes, ni graciles. L’oeuvre de chair qu’elle était, s’achevait par cette nuque mobile et gracieuse, qui me séduisait tellement, avec cette tête au port si fier, surmontée de cette coiffure, qu’elle savait si bien faire, cheveux édifiés en hauteur, à la romaine, dégageant des oreilles adorables…Je devrai me faire sculpteur, pour rendre cette magie. La peinture ne suffit plus…  » 

Publicités
Par défaut

2 réflexions sur “Feuille d’automne (Extrait du Crime de l’Ile d’Arz…H.Allioux)

  1. Tu devrais nous faire connaitre la suite, ne pas la garder pour toi.
    Je connais si bien ce chemin d’automne, sachant quelles sensations se dégagent à chaque pas posés, quels sons en découlent. Que pense Maud en avançant sur ce chemin?

    • Val,
      Merci pour ta gentille réponse. Faire connaître la suite de mon roman, c’est faire connaître le roman tout entier…Disons que je ne suis pas près, pudeur et doute, perfectionnisme…Mais en attendant que je règle cette question, il y aura sans doute quelques extraits que je ferai paraître, au fil des circonstances…des réactions à ce que vous publiez, mes amis blogueurs amateurs de belles choses, de poésie, de mots…
      Que pense Maud?
      Alors là, nous entrons dans le domaine du roman interactif, car si nous voyons la magnifiscense de Maud, à travers les yeux du narrateur, Jean, qui est « raide dingue d’elle »,elle sent son regard sur elle qui la détaille comme une oeuvre d’art…Elle vit cela et se découvre lourde de cette attention qui la remplit et en même temps si légère de l’allégresse que Jean lui communique. Pour parodier une très jolie expression japonaise: « elle est sa suspendue aux yeux »…Mais que sent donc une femme amoureuse qui sait qu’on l’aime…Il me semble que tu peux répondre à cette question…car il m’étonnerait que tu n’aies point éprouvé cela…Ce sont là les richesses de nos vies…Et nous inclinons vers elles, n’est-ce pas?
      Merci de ton regard sur ce texte et bonne semaine de travail.
      Amitiés . Hervé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s