Uncategorized

De l’Art. (Essai)

IMG_7365

L’art n’ a jamais eu, à mes yeux, le but d’imiter la nature.

Et même les hyper-réalistes n’ont jamais fait rien d’autre que de fausses photos, certes en s’imposant une rigoureuse et difficile discipline picturale pour obtenir des images, offertes à un public avide de « ressemblance », ce qui peut paraître une valeur pour les non initiés. Cela confine au « trompe l’oeil » qui est un genre plus ancien, au temps où « les Vanités » étaient à la mode.

Le but de l’art me semble un effort de création pour transcender la nature. Il s’agit d’en filtrer les traits les plus significatifs, à l’aune de sentiments et d’émotions tout à fait humains. Il me semble que c’est une démarche commune à toutes les formes d’art.

Ainsi, puisque je parle ici des arts en général, la musique de Beethoven est marquée par les élans du cœur de l’artiste. Bach composait pour le ravissement de l’âme, selon ses dires, et le piano de Chopin exhalait la toute puissance de ses souffrances au premier étage de la maison de George Sand, à Nohant…Mais il a décrit très clairement le sens de sa démarche pianistique : «Moi, je cherche à exprimer l’âme et le cœur de l’homme… ». On est donc assez loin de l’imitation de la nature. On peut me rétorquer que l’homme est dans la nature, qu’il lui appartient. Certes, mais c’est un autre débat qui nous éloignerait trop du sujet d’aujourd’hui.

L’art de Michel Ange transpire de son attirance pour les corps ; de même chez Donatello, dont je tiens le « David » pour la plus belle représentation du corps masculin, pour ce qui me concerne… Modigliani rend hommage à Jeanne Hebuterne dont il magnifie en les étirant les magnifiques linéaments de son corps de femme, abandonné en toute confiance sous son regard épris .

La peinture occidentale va des sujets religieux ou humanistes, jusqu’ à traduire la fascination qu’exerce la lumière pour les impressionnistes. Là, on retrouve la nature, souvent, mais transcendée, traduite par des regards « artistiquement orientés ». On interprète. On ne livre pas la matière et les éléments bruts. On filtre et on ne retient que le jeu des ondes colorées par ce qui les absorbe ou les réfléchit : synthèse soustractive de la peinture.

La déconstruction de la réalité est un autre effort des peintres, plus prés de nous, chronologiquement.

On pense alors aux pointillistes, aux cubistes ou autres ; à Signac, à Picasso, à Duchamp… L’abstraction, le non figuratif vient ensuite, qui ne retient plus, au nom d’une esthétique affranchie de la nature, en apparence , que des jeux de masses, de couleurs, de formes étranges, d’arrangements mathématiquement ordonnés d’objets parfois incongrus en apparence. Je pense à Kandisky, que je n’aime point mais respecte profondément.

A chaque fois, il s’agit de recherches esthétiques et plastiques, employant des moyens originaux mis au service d’un corpus d’idées nouvelles.

Toutefois, ce qui brouille le message artistique, à notre époque matérialiste, consumériste et orientée vers les produits financiers et avide de profits immédiats, c’est que l’art, en particulier la peinture, la sculpture et l’architecture, ces arts sont intégrés au marché des produits spéculatifs. Cela tend à offrir des « oeuvres » fort curieuses, abaissées dans leur contenu symbolique au niveau où s’arrête la sensibilité d’un public dépourvu de culture artistique. Difficile dès lors de ressentir une émotion. Un article consacré à Ron Muek faisait remarquer que sa « dame allongée sous un drap », œuvre en pur vinyl ou résine de synthèse, était bien une œuvre d’art, puisque longue de 3 mètres, elle ramenait le spectateur à l’état de l’enfant de cinq ans , debout au chevet de sa mère, dont le regard, (aussi vivant que celui d’un poisson à l’étal ), contemplait le vide sidéral des esprits de notre temps…à mon avis)…On peut apprécier Ron Mueck. Je ne le déteste pas. J’ai vu d’autres drôleries de ce tonneau à la fondation Pinault à Venise…Je conviens que j’ai passé un bon moment. Mais ce que j’ai photographié, c’est le petit enfant au lézard à la sortie du musée.

Sa naïveté toute nue m’ a touché. C’est pourquoi je l’ai mis à la une de cet article.

Ces temps çi, Jeff KOONS expose ces œuvres à Beaubourg. Je ne montrai pas de ma province pour cela. La presse, spécialisée où non, m’en dit et m’en montre assez. Cela me suffit ! Les « oeuvres » sont réalisées par cent personnes travaillant dans une entreprise qu’on dit « futuriste », et digne de la NASA, puisqu’aussi bien les « artistes » de ce début du XXIe siècle, sont en tenue quasi de cosmonautes, dans certains ateliers. Il y a aussi une section de modélisation 3D. C’est fascinant : on fait des cœurs gonflés et rutilants comme les camions du « Fire Departement » de la « Grosse pomme ». Mais ils sont vendus très chers, très très chers. Leur gigantisme n’a d’égal que l’importance du compte en banque des « Happy fews » qui les achètent. Ces cœurs sont vides. C’est peut être la même chose pour ceux des acheteurs, allez savoir ?

Selon le critique d’art Jed PERL, dans le « New York Review of Books », cité par Connaissance des Arts (dec 2014 page 69), Jeff Koons aurait du talent pour « …recycler l’évidence, produisant des versions surdimentionnées de trucs pas chers dans des matériaux extrémement coûteux… ».

Andy WARHOL a bien eu un immense succès avec une boite de Coca Cola.

Du moment qu’il y a un marché…Moi, j’aurai tellement aimé être petite souris dans l’atelier de Verocchio lorsqu’il avait Léonard de Vinci comme élève. J’ai vraiment des gôuts de luxe…

Je conclurai avec une pensée d’un blogeur canadien dont j’aime beaucoup l’esprit :

« Il n’est qu’une ultime œuvre d’art : être soi. L’art sert alors à retrouver la petite route perdue de l’inconscient où la partie invisible de ce que nous sommes vraiment. »

Merci Gaëtan.

(LA VIDURE – Blog de Gaëtan PELLETIER, sur Worldpress.)

Publicités
Par défaut

5 réflexions sur “De l’Art. (Essai)

  1. Bonjour Hervé,
    Je ne sais pas trop ce que je dis, parfois. Mais je vais passer la peinture avec laquelle j’ai de la difficulté. Mais en poésie il y a la simplicité de Ronsard ou d’Apollinaire avec son …
    Sous le pont Mirabeau coule la Seine
    Et nos amours
    Faut-il qu’il m’en souvienne
    La joie venait toujours après la peine

    C’est simple, mais magique sans qu’on en sache la « raison ». Il y a l’art « historique », – mode – Andy Warhol. On ne peut pas parler d’esthétisme ou de profondeur. En fin de compte, l’art est ce qui reste après que tout soit passé,même la mode en art et en complexité bien définie dans le contexte « moderne » expérimental. Ce qu’il en restera? Sans doute rien… Ou un passage historique. Comme Mondrian.Il a terminé son oeuvre sur les jupes ou robes des années 70. 🙂
    Bach a composé des pièces qui émeuvent mais également des pirouettes sonores géniales.

    La question est: faut-il que l’art « touche »? En art, la théorie ne peut pas « justifier » une oeuvre. Pourtant… On a élaboré énormément de théories qui ont donné de pauvres oeuvres…
    Merci! Très intéressant…

  2. Il y eut un temps ou j’étais spécialisée en esthétique, philosophie de l’art, et je me rappelle mon immersion dans ces grands débats. Toute œuvre humaine est interprétation, cela semble acquis aujourd’hui. Mais l’homme parfois cherche à en montrer la présence et le mystère ou à comprendre la manière dont elle surgit devant nous ou en nous.

  3. Bien sûr que l’art n’est pas d’imiter la nature, quelle arrogance ce serait, et vouée à l’échec !
    L’art ne doit pas nécessairement « toucher », je dirais plutôt qu’il doit interroger, questionner, surprendre, ouvrir….remettre en question…la tâche n’est pas mince 🙂

    Bien cordialement
    Marie

    • Bonne année Marie.
      L’Art questionne et interroge et il a bien raison. Mais, ce faisant, il évite d’être indiscret car, si je me souviens bien, Oscard WILDE disait: « …ce ne sont pas les questions qui sont indiscrètes, mais les réponses… »
      Amitiés.
      Hervé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s