Uncategorized

De l’Art – 2 – (essai)

IMG_7383 IMG_7381 IMG_7385

L’idée que dans beaucoup de domaines il existe des éléments de permanence, des thèmes récurrents, m’a toujours semblé profondément rassurant. Il en est ainsi des sources d’inspiration des artistes qui se transmettent de siècle en siècle et constituent des éléments qui charpentent ce que nous appelons « une civilisation » ou encore « une culture ». Cela ne s’applique pas à la seule civilisation occidentale, mais aussi à toutes les autres présentes sur la planète. Certes, les cultures sous-tendant les « Arts premiers » nous sont moins faciles à saisir si nous ne sommes pas spécialistes. Mais de toutes manières, les racines des formes artistiques contemporaines ont souvent aussi à être expliquées.

Lors d’un court séjour à Venise en octobre 2012, j’ai eu l’occasion de visiter le Musée Guggenheim situé à l’extrémité méridionale du Grand Canal, à quelques pas de l’église Santa Maria della Salute.

Le Musée est un bâtiment bas aux lignes épurées. On entre par un joli jardin arboré, (Venise est une ville verte pleine de jardins secrets dont on parle rarement), et ce jardin renferme une collection de quelques belles œuvres contemporaines.

Je suis tombé en arrêt devant une statue de Pericle FAZZINI (1913-1987) dont je publie ci dessus quelques photos.

J’étais attiré par la plastique très dépouillée de ce bronze et par l’attitude de concentration et de repli sur soi qui émanaient de la statue. Elle protégeait ce qu’elle pensait, son monde intime dans l’univers clos de ses bras, de ses jambes, de sa tête inclinée dont on ne pouvait qu’à peine distinguer les traits.

Ces traits étaient-ils fins et réguliers ? On ne pouvait le savoir. Etait-elle triste ? Pleurait-elle ? Comment le deviner ? Si elle avait été une personne de chair, nul doute que je me serais penché sur elle, pour élucider ce mystère. Au moins aurais-je posé une main délicate sur son épaule, pour qu’elle redresse la tête et que je voie ses yeux. Elle ne boudait pas, comme d’aucuns l’auraient pensé.

Elle n’était pas craintive. Sa manière d’être assise, comme une estivante sur une plage, n’évoquait nullement le repli foetal de qui s’attend à subir la violence. Il y avait là un mystère…

Et puis j’ai regardé la plaque qui donnait le titre de l’oeuvre : « Grande donna seduta Sibilla »

La Grande Dame assise…La plaque indiquait aussi que l’original, sans doute en terre, avait été réalisé en 1947, mais coulé en bronze, seulement en 1956…prés de 9 ans plus tard…Nouveau mystère…Et puis, la plaque portait aussi un mot qui ouvrait une piste pour le thème traité : « Sibilla », Sibylle, en français.

De retour chez moi, j’ai entrepris un petit travail de recherche qui m’a beaucoup amusé et justifie mon propos sur la permanence des thèmes.

De nombreux artistes, à partir de la Renaissance, se sont inspirés de l’Antiquité et de la mythologie grecque et romaine. C’est chose entendue. Mais qu’est-ce qu’une sybille ? C’était une devineresse. Mais à la différence de la Pythie du temple d’Apollon à Delphes qui était attachée au sanctuaire, une sibylle était itinérante.

Bien sûr, elle jouait les oracles, interprétant les paroles du dieu interrogé pour les rendre intelligibles aux pauvres humains. Elle tenait en fait des propos ambigus. Son discours était assez versatile pour ne pas se laisser enfermer dans notre logique maladroite de questionneurs pas toujours bien intentionnés. Elle disait l’avenir, thème éternel de ce que nous voudrions tous savoir. Elle faisait aussi des prophéties qu’il fallait interpréter. Vous savez bien, quand nous ne voulons pas répondre à une question….nous nous en tirons parfois par des propos « sibyllins »…Il y a des personnes qui sont très fortes à ce jeu…

En fait, il n’y a pas eu qu’une sibylle. On en comptera jusqu’à douze…sans parler de celle figée dans le bronze par l’artiste italien. Mais sachez, je plaisante, que les sibylles étaient des êtres immatériels, des apparitions, au même rang que les nymphes ou les muses…

Sachez aussi que son prototype, apparu aux temps post homériques (VIIIe siécle B.C.-) fut Cassandre , célèbre en Ionie non loin du mont Ida et de la plaine d’Illion.

Ce qui en fait est très curieux, c’est que l’église chrétienne médiévale l’adopte en tant que prophétesse. A la Renaissance, à Sienne, le pavement de la cathédrale s’orne de dix sibylles messagères de la révélation. Et en pays Catalan, « le chant de la Sibylle » fait partie de la liturgie de Noël…

C’est donc la concentration recueillie de la statue qui m’a frappé dans le jardin Guggenheim. Je ne vous dirai pas la révélation qu’elle m’a peut être faite…Car là, nous entrerions dans le domaine privé et je suis partisan du « keep your secrets, secrets »…

Publicités
Par défaut

9 réflexions sur “De l’Art – 2 – (essai)

  1. sybille, sybillin , sybilline: le mot galvaudé certes puisque vous m’avez appris beaucoup. Et le sculpteur méconnu aussi. J’ai donc été sur la toile et découvert cette résurectioon que j’aurais pu voir au vatican au printemps dernier si je l’y avais cherchée; Etrange image de la mer : une vague éclatée, dynamique et légère…GHV

    • Je trouve cette « Résurrection » magnifique. Je comptais en publier une image. Je n’ai pas trouvé mon compte sur le net. Quand au Vatican, j’y suis allé il y a si longtemps, qu’elle n’y était pas encore…Nous avons tous deux une revanche à prendre. Au fait, un critique y voit le Christ jaillissant du cratère d’une explosion nucléaire. J’aime mieux votre image d’une sorte de tsunami ou de maelström…
      Merci de votre visite. Bien amicalement.
      H.A.

  2. Je suis fascinée par ce lien des femmes au divin, au sacré. Ce rapport au sens aussi, à ce qui est dit , prononcé, dont le sens n’est pas donné a priori. Un sens qu’il faut chercher, une vérité qui réside dans ce qui se dérobe.

    • C’est tout à fait exact. Je suis convaincu, pour ma part, que les femmes voient plus loin que nous, plus vite que nous, les conséquences de nos actes. Elles devinent des choses que nous ne discernons pas. C’est une raison de plus pour que leur commerce soit si agréable et que nous sommes bien inspirés de tenir compte de ce qu’elles nous disent. Elles ont souvent une profondeur à laquelle nous ne saurions prétendre et l’amitié d’une femme est un bien très précieux. Ravi que vous ayez visité mon blog.
      H.A.

      • Je ne crois pas, vous savez, à une nature féminine, je pense qu’il y a des femmes épouvantables et inintéressantes, mais il y a toujours, pour moi, un plaisir à la découverte de l’autre, et l’amitié d’un homme m’est aussi précieuse que peut l’être, pour vous, celle d’une femme. Peut-être les exclus du pouvoir ont-ils en général une vision différente. Ce qu’ont été les femmes pendant longtemps, peut-être alors une tradition, ou le caractère forgé par les luttes a-t-il donné à certaines une vision profonde et élargie des choses.

    • Moi aussi. C’et un lieu où on se sent bien; à la fois protégé et réceptif…J’ai beaucoup aimé l’arbre à messages et les tombeaux des animaux domestiques. Une demeure avec ses dieux lares…Il en est peu, à notre époque. On se sent invité. Et quelle collection !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s