Dessin, Uncategorized

Les loups

IMG_0333

Dessin de Marc P.G. Berthier pour « Mes Amis les Loups » de Farley MOWAT  Arthaud Ed.

Quelle place accordons nous aux animaux ? Comment ont évolué nos rapports avec ces êtres si proches et si lointains en même temps, et que nous exploitons, mais dont certains nous servent de « doudous » lorsque nous sommes en mal de caresse et d’affection ? Que leur devons nous et sommes nous conscients d’avoir à nous acquitter de notre dette envers eux, et surtout, surtout, de notre obligation de ne les point maltraiter ?

Tout a commencé lorsque nous n’étions qu’une espèce minoritaire dans la chaîne du vivant et que nos cousins australopithèques ont cessé d’être, comme les autres primates, une espèce arboricole.

L’homme s’est bien gardé de prendre molèle, au cours de l’histoire de son développement, sur le comportement des animaux « doux »…comme l’agneau ! Non, son inspiration a été le loup, qui chasse en meute et est dirigé par un mâle et une femelle dominante (dits « alpha »). Les symboles préférés des souverains ont été l’aigle ou le lion, canassiers et chasseurs impitoyables. Pour le lion, on peut juste remarquer que ses femelles chassent, lui est bien trop paresseux pour cela ! Mais il se sert en premier lors des repas. Je connais des humains qui se comportent d’une manière assez semblable… Les criminels humains sont accoutumés comme les hyènes à s’en prendre aux plus faibles, jeunes, vieux, malades et aux femmes, plutôt qu’aux mâles, bien entendu…Et les hyènes auraient fait de bons gardiens de camp de concentration. L’homme a établi tout un système de prééminence, dans la hiérarchie de ses sociétés en calquant son organisation sur celle de certaines « sociétés » animales. Les nids des corbeaux sont étagés sur les branches des arbres de leur « corbautière », selon une stricte hiérarchie. Les « nobles » sot en haut, « le peuple  » est en bas…Peut être cela a-t-il servi de modèle à la vieille organisation sociale. Peut être ce phénomène tente-il de se reproduire de siècle en siècle chez les humains: voyez la hiérarchie de nos villes avec les « beaux » quartiers et les cités « sensibles » et périphériques… Je pourrais continuer cette « buffonnade ». Relisez bien cette expression, je n’ai pas fait de faute d’orthographe. Je m’inspire de la description naïve de l’auteur du XVIIIe siècle qui catégorisait dans son « Histoire naturelle »: animaux utiles ou non, intelligents ou pas, domestiquables ou non, « mauvais » ou « bons »…donc je pense à l’éminent Buffon…et puis aussi à de plus modernes pères de l’éthologie, tel Konrad LORENZ dont la lecture m’a été un grand plaisir.

Je pourrais rester longtemps sur ce registre…mais..

Je suis tourmenté par cette idée que nous manquons d »égards envers les animaux. Personne ne demande à visiter les abatoires et les labos de vivisection nous sont interdits. Nous jetons au passage un oeil pudique, en les doublant sur la route, sur ces camions où s’entassent veaux, vaches, cochons, moutons, volailles. Le généreux coup d’accélérateur dont nous gratifions notre automobile, nous sert à oublier ce qu’on ne veut pas savoir…Permettez, je suis de ceux qui acceptent la vérité et suis forcé d’assumer la réalité dérangeante: pensez à ces bêtes entassées, qui chancellent sur leurs pattes et qui se blessent parfois en tombant. Nous somme émus, tout au moins je le présume, par ces images de chevaux étiques, prises dans quelques pays de l’est, et dont le sort funeste est de devenir « de la viande de boeuf » par la magie d’une bonne fraude…Nous ne dénonçons cela que lorsque nous voulons protéger la « qualité » de nos lasagnes, ou d’une copieuse moussaka. Nous n’avons plus ces scrupules lorsqu’il s’agit de nourrir nos « pets », chiens et chats…Qui trouverait à y redire ? Nous vidons les océans sans vergogne avec un arsenal de navires usines, de filets pour draguer de plus en plus profond, dans ces grands fonds ou la vie est rare, parce que nous avons épuisé la « ressource », comme disent les beaux esprits, c’est à dire le peuplement halieutique des plateformes continentales…Une grande partie du poisson est rejetée en mer, animaux morts deux fois: pour ne pas avoir correspondu à l’espèce recherchée, ou parce que, d’un coup surabondant, ils risquent de faire baisser les cours et qu’il faut satisfaire aux quotas fixés par les technocrates. Dois-je parler des baleines, encore pourchassées ?

Nous sommes les plus puissants des prédateurs parmi les autres espèces animales. Et nous polluons  comme des rats les marges continentales des océans. Nous avons cru, et certains le croient encore, que nous pouvons continuer en toute impunité.

Le prix à payer sera très lourd. Les animaux ne se révolteront pas. Mais la Nature fera le vide autour de note espèce et lorsque celle-ci se sera éteinte, la Nature réorganisera un nouveau cycle de vie en tenant compte des risques que nous avons fait courir au vivant. J’y crois profondément.

Nous nous exonérons de notre responsabilité en réintroduisons certaines espèces: le Loup, par exemple, en quelques exemplaires. Ce faisant, ne restons nous pas fidèles à notre psychologie primitive: celle de la horde…?

Publicités
Par défaut

4 réflexions sur “Les loups

  1. Un article choc. Existe-t-il une porte de sortie à l’éternel recommencement ?
    La horde primitive serait-elle fatalité ?
    Je tourne et retourne mille et une interrogations sans réussir à trouver une seule réponse à celles-ci.
    Comment en sommes nous arrivés là ?
    Merci Hervé. Vous assénez des réflexions dignes de réveiller un mort.

    • Bonjour Jocelyne. Oui, je pose des questions qui sont celles pour lesquelles nous ne trouvons pas facilement les réponses, et c’est bien pour cela qu’elles attirent notre attention et nous poussent à l’effort.
      Les portes de sorties existent: Le rêve, la méditation, la création. Celles-là nous éloignent de l’animalité. L’amour est un autre sas de sauvetage: il met en harmonie notre animalité et notre humanité dans l’offrande et le dépouillement de la naïveté…Mais échapper définitivement à « l’éternel recommencementt » supposerait une porte ouverte sur l’espace temps…Je tenterai de préciser un jour ce que je sens là de possible…

  2. Une réflexion me venait en vous lisant, lorsque vous compariez certaines de nos organisations à celles hiérarchisées de certaines espèces. Nous sommes des animaux, encore plus dangereux que les autres car nous échappons pour une part à l’instinct par notre capacité à réfléchir et à organiser notre action en vue d’une fin. Cependant nous avons gardé la paresse du lion et l’habitat hiérarchisé du corbeau. Les hommes ne se pensent pas comme des animaux, s’ils le faisaient ils seraient plus humbles. Mi-ange, mi-bête, n’est-ce pas … Certains accèdent à la bonté et même parfois à une forme de sainteté, et d’autres se vautrent dans leurs instincts. C’est pourquoi la philosophie et la religion ont longtemps séparé l’esprit, l’âme et le corps, en pensant que notre cruauté, notre violence venaient essentiellement de notre part animale et instinctive. On pouvait alors s’élever par l’esprit. Toutefois il semblerait que l’esprit ait quelque chose à voir dans la vivisection et l’agroalimentaire, puisque c’est lui qui organise et décide. Les histoires finissent mal en général. L’histoire humaine risque de ne pas échapper à la règle.

    • J’apprécie beaucoup cette réponse qui pose bien le problème insoluble de l’avenir de l’homme. Les religions tentent sans doute, si on oublie une certaine actualité, d’élever le niveau moral et d’appeler à la responsabilité…Mais elles proclament aussi que rien ne saurait être supérieur à l’homme, à l’image de Dieu…Les animaux restent ainsi des biens meubles…
      Qu’est-ce que l’animalité, chez l’homme? Je crois un concept variable selon les époques…référence faite à l’évolution des moeurs…
      Seul un travail à partir de la raison, pourrait améliorer, à mes yeux, le comportement humain. Et la robotisation de la société ne nous emmène pas dans cette direction…
      Nos arrières petits enfants paieront la note. Puissent-ils ne pas nous le reprocher..
      Bien amicalement. H.A.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s