Dessin, Uncategorized

Nuits debout (2)

 

Vues par Charlotte ALLIOUX

( acrylique sur toile 60 x 50 cm )

 

IMG_1433.jpg

Ma petite fille peint avec naturel et talent.

Vous ne vous attendiez pas à ce que j’écrive le contraire devant la fraîcheur et la spontanéité de son expression. C’est aussi une admiratrice de Charlotte SALOMON ( voir le texte magnifique de FOLKINOS et les gouaches de CHARLOTTE SALOMON).

Il y a plein de symboles dans le regard d’une jeune fille de 15 ans…Il y a aussi tant de promesse d’avenir      !!!

 

Publicités
Par défaut
Dessin, Photo, Société, Uncategorized

A TINTIN…

IMG_1431.JPG

 

MON TRÈS CHER AMI, J’ ÉPROUVE UNE TRÈS GRANDE TRISTESSE POUR TOI ET TOUS LES TIENS .

JE TE CONNAIS DEPUIS TELLEMENT LONGTEMPS ET J’AI SI FIDÉLEMENT CULTIVÉ TON AMITIÉ QUE JE VIENS DE RÉALISER QUE DANS UN AN J’AURAIS ATTEINT LA LIMITE D’ÂGE QUE FIXE TON JOURNAL POUR FAIRE PARTIE DE TES LECTEURS.

MAIS TU SAIS, JE CROIS QUE JE TRICHERAI EN DOUCE POUR TE SUIVRE QUAND MÊME .. .

TU VOIS, TU SYMBOLISES TANT DE VALEURS HUMAINES QUE LES DESESPERADOS DE L’INCULTURE ET LES INHUMAINS ADEPTES DE LA BARBARIE NE PEUVENT LE SUPORTER ET S’EN PRENNENT AU PEUPLE DONT TU ES UN DES PLUS REMARQUABES REPRÉSENTANTS.

IL FAUT QUE TU SACHES QUE SI J’ECRIS QUE J’AI FORT DE LA PEINE POUR MES AMIS BELGES, CE NE SONT PAS SEULEMENT DES HEROS DE PAPIER, MAIS POUR CERTAINS, DES PERSONNES PHYSIQUES AUXQUELLES J’ADRESSE AUSSI LES MÊMES CONDOLEANCES.

ILS SE RECONNAÎTRONT ET JE TE PRIE DE LEUR TRANSMETTRE MON AMITIE ET MON SOUTIEN.

BIEN À TOI, MON NOBLE AMI .

CE SOIR, COMME TOUJOURS, JE SUIS BELGE !!!

Par défaut
Dessin, Uncategorized

Les loups

IMG_0333

Dessin de Marc P.G. Berthier pour « Mes Amis les Loups » de Farley MOWAT  Arthaud Ed.

Quelle place accordons nous aux animaux ? Comment ont évolué nos rapports avec ces êtres si proches et si lointains en même temps, et que nous exploitons, mais dont certains nous servent de « doudous » lorsque nous sommes en mal de caresse et d’affection ? Que leur devons nous et sommes nous conscients d’avoir à nous acquitter de notre dette envers eux, et surtout, surtout, de notre obligation de ne les point maltraiter ?

Tout a commencé lorsque nous n’étions qu’une espèce minoritaire dans la chaîne du vivant et que nos cousins australopithèques ont cessé d’être, comme les autres primates, une espèce arboricole.

L’homme s’est bien gardé de prendre molèle, au cours de l’histoire de son développement, sur le comportement des animaux « doux »…comme l’agneau ! Non, son inspiration a été le loup, qui chasse en meute et est dirigé par un mâle et une femelle dominante (dits « alpha »). Les symboles préférés des souverains ont été l’aigle ou le lion, canassiers et chasseurs impitoyables. Pour le lion, on peut juste remarquer que ses femelles chassent, lui est bien trop paresseux pour cela ! Mais il se sert en premier lors des repas. Je connais des humains qui se comportent d’une manière assez semblable… Les criminels humains sont accoutumés comme les hyènes à s’en prendre aux plus faibles, jeunes, vieux, malades et aux femmes, plutôt qu’aux mâles, bien entendu…Et les hyènes auraient fait de bons gardiens de camp de concentration. L’homme a établi tout un système de prééminence, dans la hiérarchie de ses sociétés en calquant son organisation sur celle de certaines « sociétés » animales. Les nids des corbeaux sont étagés sur les branches des arbres de leur « corbautière », selon une stricte hiérarchie. Les « nobles » sot en haut, « le peuple  » est en bas…Peut être cela a-t-il servi de modèle à la vieille organisation sociale. Peut être ce phénomène tente-il de se reproduire de siècle en siècle chez les humains: voyez la hiérarchie de nos villes avec les « beaux » quartiers et les cités « sensibles » et périphériques… Je pourrais continuer cette « buffonnade ». Relisez bien cette expression, je n’ai pas fait de faute d’orthographe. Je m’inspire de la description naïve de l’auteur du XVIIIe siècle qui catégorisait dans son « Histoire naturelle »: animaux utiles ou non, intelligents ou pas, domestiquables ou non, « mauvais » ou « bons »…donc je pense à l’éminent Buffon…et puis aussi à de plus modernes pères de l’éthologie, tel Konrad LORENZ dont la lecture m’a été un grand plaisir.

Je pourrais rester longtemps sur ce registre…mais..

Je suis tourmenté par cette idée que nous manquons d »égards envers les animaux. Personne ne demande à visiter les abatoires et les labos de vivisection nous sont interdits. Nous jetons au passage un oeil pudique, en les doublant sur la route, sur ces camions où s’entassent veaux, vaches, cochons, moutons, volailles. Le généreux coup d’accélérateur dont nous gratifions notre automobile, nous sert à oublier ce qu’on ne veut pas savoir…Permettez, je suis de ceux qui acceptent la vérité et suis forcé d’assumer la réalité dérangeante: pensez à ces bêtes entassées, qui chancellent sur leurs pattes et qui se blessent parfois en tombant. Nous somme émus, tout au moins je le présume, par ces images de chevaux étiques, prises dans quelques pays de l’est, et dont le sort funeste est de devenir « de la viande de boeuf » par la magie d’une bonne fraude…Nous ne dénonçons cela que lorsque nous voulons protéger la « qualité » de nos lasagnes, ou d’une copieuse moussaka. Nous n’avons plus ces scrupules lorsqu’il s’agit de nourrir nos « pets », chiens et chats…Qui trouverait à y redire ? Nous vidons les océans sans vergogne avec un arsenal de navires usines, de filets pour draguer de plus en plus profond, dans ces grands fonds ou la vie est rare, parce que nous avons épuisé la « ressource », comme disent les beaux esprits, c’est à dire le peuplement halieutique des plateformes continentales…Une grande partie du poisson est rejetée en mer, animaux morts deux fois: pour ne pas avoir correspondu à l’espèce recherchée, ou parce que, d’un coup surabondant, ils risquent de faire baisser les cours et qu’il faut satisfaire aux quotas fixés par les technocrates. Dois-je parler des baleines, encore pourchassées ?

Nous sommes les plus puissants des prédateurs parmi les autres espèces animales. Et nous polluons  comme des rats les marges continentales des océans. Nous avons cru, et certains le croient encore, que nous pouvons continuer en toute impunité.

Le prix à payer sera très lourd. Les animaux ne se révolteront pas. Mais la Nature fera le vide autour de note espèce et lorsque celle-ci se sera éteinte, la Nature réorganisera un nouveau cycle de vie en tenant compte des risques que nous avons fait courir au vivant. J’y crois profondément.

Nous nous exonérons de notre responsabilité en réintroduisons certaines espèces: le Loup, par exemple, en quelques exemplaires. Ce faisant, ne restons nous pas fidèles à notre psychologie primitive: celle de la horde…?

Par défaut

Saint génin test - Version 2

Dessin

Les p’tits dessins (3) – Le médaillon

Image