Uncategorized

Au revoir

A vous, chers lecteurs.

Je m’appelle Charlotte, je suis la petite-fille d’Hervé. Vous avez peut-être lu à mon propos, ou peut-être pas. Je ne suis qu’une adolescente, je ne prétends donc pas écrire aussi bien que mon grand-père, je m’en excuse donc dès maintenant.

Je tenais à vous annoncer, avec un grand regret, qu’Hervé ALLIOUX, l’auteur de ce blog, est décédé ce 9 août 2017.

Il nous a quitté après plus d’un an de combat contre la maladie, qui aura finalement eu raison de lui. Peut-être (et très sûrement) n’en a-t-il jamais parlé sur ce blog, et ses publications se sont faites de plus en plus rares au fur et à mesure de l’avancement de sa maladie, ceci car il n’a jamais voulu être vu comme un malade. Il n’a jamais voulu de pitié, il voulait rester, dans le regard et l’esprit de ceux qu’il a connus, le même qu’il a toujours été : un homme humble, intelligent, cultivé et à la créativité débordante. J’espère que c’est ainsi que vous vous souviendrez de lui.

Je sais que ce blog, et vous lecteurs, comptiez beaucoup pour lui. Il passait son temps à écrire, à peindre, à créer, et cette communauté que vous avez su construire ensemble lui a permit de s’exprimer, comme il le souhaitait, et de partager de belles choses. Pour cela, moi et tout son entourage vous en remercions.

C’est d’ailleurs pour cela que je tenais à écrire cette dernière publication : pour que vous sachiez. C’est le moins que l’on puisse faire, surtout pour des personnes qui auront partagé autant d’années avec lui.

Cependant, nous avons décidé de ne pas supprimer ce blog : je pense que ce ne serait pas rendre service à Hervé et à son travail que de l’effacer. Il semblait plus juste qu’il reste où il est, et continue à être vu, salué, critiqué même, qu’il continue à vivre tout simplement ; car n’est-ce pas là le rêve de tout artiste, que son travail soit reconnu, même après la mort ?

Pour clôturer cet article, et ce blog, je tenais à vous partager une photo du bureau de mon grand-père, le lieu où tout a commencé en quelque sorte. Imaginez-le, assis devant ce bureau, des heures entières, feuilletant d’énormes dossiers, fruits de ses recherches incessantes pour ses romans, ses poèmes, ses voyages. Visualisez-le, peignant, dessinant, toute sorte de paysages.

C’était lui, et ce sera toujours lui.

DSC_0153

Publicités
Par défaut
Dessin, Uncategorized

Nuits debout (2)

 

Vues par Charlotte ALLIOUX

( acrylique sur toile 60 x 50 cm )

 

IMG_1433.jpg

Ma petite fille peint avec naturel et talent.

Vous ne vous attendiez pas à ce que j’écrive le contraire devant la fraîcheur et la spontanéité de son expression. C’est aussi une admiratrice de Charlotte SALOMON ( voir le texte magnifique de FOLKINOS et les gouaches de CHARLOTTE SALOMON).

Il y a plein de symboles dans le regard d’une jeune fille de 15 ans…Il y a aussi tant de promesse d’avenir      !!!

 

Par défaut
Uncategorized

Nuits debout

IMG_1138.JPG

N’oublions jamais que le pouvoir appartient au peuple, qu’il en émane et que si jamais une oligarchie, quelle que soit sa puissance apparente, tente de le priver de ses droits fondamentaux, le peuple a le droit et le devoir de s’y opposer.

C’est prendre de gros risques d’aller vers des convulsions sociales et politiques que d’ignorer la volonté du peuple.

On peut s’interroger sur la représentativité des assemblées de citoyens réunis par des réactions à une politique contestée, mais, comme au sein de l’Ecclésia grecque , ou lors du Serment du Jeu de Paume, la voix du PEUPLE ne peut être ignorée et tout recours à la force pour la museler ne pourrait avoir que des conséquences gravissimes.

La sagesse est de savoir changer de politique, si celle menée ne convient pas, et il y aurait une certaine grandeur à le faire , pour un gouvernement qui reconnaitrait qu’il s’est fourvoyé.

Certes un gouvernement peut conduire une politique qui soit impopulaire, mais il doit alors s’interroger sur sa légitimité et sur sa représentativité réelle. Notre société hyper médiatisée s’encombre à longueur de journée de sondages plus ou moins sophistiqués et dont la valeur scientifique pourrait parfois être mise en défaut. L’excès de sondages tue les sondages, et ne sont-ils pas parfois utilisés pour tester une politique ou créer des mécanismes de rejet ou d’adhésion ?

Comment mesurer les mouvements d’opinion ? Que pèsent des opinions exprimées en Assemblées Générales sur nos places publiques, et actées, semble-t-il, par rapport aux sondages médiatisés.

On nous dit souvent que les français sont favorables à des réformes, que celles çi sont indispensables. On ne nous dit jamais ce que celles d’avant ont apporté, EN MIEUX pour la majorité des citoyens dans leur vie de tous les jours.

Je demeure persuadé qu’il faut écouter les citoyens, quelle que soit la forme d’expression qu’ils choisissent, à condition qu’elle demeure pacifique. La démocratie se construit avec les citoyens, jamais sans eux, jamais en suivant des théories plus où moins artificielles. Tant qu’aux économistes dont les oukazes deviennent de véritables crédos, la raison m’entraîne de plus en plus loin de leurs idéologies univoques…

Par défaut
Dessin, Photo, Société, Uncategorized

A TINTIN…

IMG_1431.JPG

 

MON TRÈS CHER AMI, J’ ÉPROUVE UNE TRÈS GRANDE TRISTESSE POUR TOI ET TOUS LES TIENS .

JE TE CONNAIS DEPUIS TELLEMENT LONGTEMPS ET J’AI SI FIDÉLEMENT CULTIVÉ TON AMITIÉ QUE JE VIENS DE RÉALISER QUE DANS UN AN J’AURAIS ATTEINT LA LIMITE D’ÂGE QUE FIXE TON JOURNAL POUR FAIRE PARTIE DE TES LECTEURS.

MAIS TU SAIS, JE CROIS QUE JE TRICHERAI EN DOUCE POUR TE SUIVRE QUAND MÊME .. .

TU VOIS, TU SYMBOLISES TANT DE VALEURS HUMAINES QUE LES DESESPERADOS DE L’INCULTURE ET LES INHUMAINS ADEPTES DE LA BARBARIE NE PEUVENT LE SUPORTER ET S’EN PRENNENT AU PEUPLE DONT TU ES UN DES PLUS REMARQUABES REPRÉSENTANTS.

IL FAUT QUE TU SACHES QUE SI J’ECRIS QUE J’AI FORT DE LA PEINE POUR MES AMIS BELGES, CE NE SONT PAS SEULEMENT DES HEROS DE PAPIER, MAIS POUR CERTAINS, DES PERSONNES PHYSIQUES AUXQUELLES J’ADRESSE AUSSI LES MÊMES CONDOLEANCES.

ILS SE RECONNAÎTRONT ET JE TE PRIE DE LEUR TRANSMETTRE MON AMITIE ET MON SOUTIEN.

BIEN À TOI, MON NOBLE AMI .

CE SOIR, COMME TOUJOURS, JE SUIS BELGE !!!

Par défaut
Photo, Société, Uncategorized

Les barbares

IMG_9844.JPG

 

Nous retournons doucement à la barbarie .

Nous coulons, lentement nous sombrons…

L’orchestre joue un air très doux, une subtile mélodie,

Une valse lente, que sais-encore…

Les danseurs se sont arrêtés et leurs enlacements se figent,

Le pont n’est plus droit sous leurs pieds .

Ce n’est pas bien inquiétant,

Un bateau ça bouge tout le temps.

Pourtant la mer est si calme

Et les machines sont arrêtées..

Il monte comme un frisson à l’âme.

Est-ce un effet des épaules nues ?

Un friselis de brume sur la peau.

Tout à l’heure paru une glace qui longeait le flanc du bateau ;

Elle s’estompe dans le sillage

Elle est à peine un mirage,

Une brillance si basse à fleur d’eau…

 

D’une façon tout aussi sournoise, le niveau de l’irrespect

Monte dans nos sociétés comme issu d’une voie d’eau.

On déverse à longueur de temps

Des tombereaux d’insanités.

Parfois s ‘y mêlent des injures et les coups ne sont pas loin.

Les victimes sont d’abord nos pensées.

Le droit de dire est condamné .

Tais-toi si tu n’es pas comme les autres,

Si tu dispenses quelques lumières.

Les phares doivent s’éteindre sur cette terre .

L’obscurité sied aux crapules

Et la nuit plaît aux pouvoirs.

Ne pas se poser de question,

Cette nuit, la mer est bien noire.

 

Ce texte est dédié à l’auteure du Blog TRAIN SUR TRAIN sur Worldpress ,

qui s’est faite agresser il y a quelques jours… pour avoir fait un dessin !

Par défaut
Uncategorized

Déferlante

IMG_3102.JPG

Le Roc a un désir de mer

Pour adoucir ses formes,

Ses traits durs et amers,

Austères, parfois difformes.

La Mer veut le rocher.

L’enlacer d’un élan

Qui la fait déferler,

Et tout ceci est grand…

Et tout ceci est beau…

Echange de jouissances,

Mobilité des eaux,

Et roide résistance.

Combat de ces titans,

Eternels et rebelles.

Mais ce sont des amants,

Toujours aussi fidèles.

L’Amour est une guerre

Qu’ignore la raison pure….

On y gagne, on y perd.

Vanité : l’Amour est dans l’azur….

Par défaut
Uncategorized

Ciao Dottore

IMG_1424.JPG

 

Nous venons de perdre notre dernier humaniste.

Une mort est toujours un déchirement pour ceux qui admiraient qui est parti.

Cet écrivain que j’aime profondément, à l’instar  d’  Albert Camus qui demeure mon maître à penser, comme  Hugo Pratt est mon maître à rêver, nous laisse à un bien mauvais moment, celui où les esprits manquent trop souvent de profondeur et la pensée est bien la plus part du temps une « pensée unique » , sans recul et sans discernement.

Je laisse ici, sur  le clavier de mon ordinateur, que j’aurais pu, comme lui, appeler « Aboulafia », la trace de son passage dans mon lieu de travail: les deux livres qui sont mes préférés: Le Pendule de Faoucault, plein d’humour et de merveilleux…et un petit ouvrage qui m’a servi bien souvent de béquille lorsque j’ai entrepris d’ écrire « Les dérivantes »…

Ciao Dottore, grazie mile…

 

Par défaut