Uncategorized

Déferlante

IMG_3102.JPG

Le Roc a un désir de mer

Pour adoucir ses formes,

Ses traits durs et amers,

Austères, parfois difformes.

La Mer veut le rocher.

L’enlacer d’un élan

Qui la fait déferler,

Et tout ceci est grand…

Et tout ceci est beau…

Echange de jouissances,

Mobilité des eaux,

Et roide résistance.

Combat de ces titans,

Eternels et rebelles.

Mais ce sont des amants,

Toujours aussi fidèles.

L’Amour est une guerre

Qu’ignore la raison pure….

On y gagne, on y perd.

Vanité : l’Amour est dans l’azur….

Par défaut
Uncategorized

L’ Apparition

IMG_0334

Il y a dans nos mémoires

Des créatures de rêve…

Au sein de nos nuits noires,

Elles reviennent sans trêve.

Dames blanches ou fantômes,

Elles hantent nos couloirs

En fumées, buées atones,

Elles nous donnent l’espoir

De les aimer en rêve…

Làs l’aube pointe et efface l’image

De la naïve Eve…

Et la banalité nous conduit au naufrage.

Par défaut
Uncategorized

La poésie

IMG_0170

La poésie est toute simple

Qui coule comme eau de source

En murmurant des mots très humbles

Qu’un enfant dirait à son ours….

La poésie est transparente,

D’une limpidité cristalline.

La poésie est triomphante,

Avec la musique de ses rimes.

Elle regarde droit dans les yeux

Et pose au cœur tout plein d’amour.

Sa mélodie nous rend heureux

Et les beaux verts restent toujours.

La poésie est très modeste.

Elle ne se prend jamais la tête.

Elle bondit, légère et preste,

Comme les fusées un jour de fête.

Elle est née multicolore

Et sous son habit d’Arlequin,

Toute fleur elle fait éclore

Et rend nos rires enfantins.

Et quand elle fait verser une larme

Elle la recueille au lacrymal,

Petit flacon de nos alarmes,

Regrets d’histoires qui finissent mal…

Par défaut
Uncategorized

Equinoxe

120px-Venus_botticelli_detail

Printemps

Il y a au bois plus d’un sourcin

Qui glougloute sa chanson émue.

La nymphe y rafraîchi son doux sein

Et y ruisselle toute nue.

Pourtant le temps est un peu frais.

Première sortie après l’hiver :

La nymphe, de sa grotte avait assez,

Elle voulait enfin voir du vert.

Elle désirait mirer dans l’eau,

Son doux visage un peu froissé,

Par l’abandon d’un long repos.

L’onde argentée ravive les traits.

La lumière filtre sous les branches.

Elle s’expose aux pâles rayons

Qui carènent en courbes ses hanches

Et modèlent des mèches à son front.

L’aurore nimbe sa jolie tête.

Les oiseaux lui donnent une aubade.

On dirait qu’ils sont à la fête.

Un grand cerf s’offre une parade…

La vie s’affiche sans détours…

L’air est plein d’élans d’amour…

Par défaut
Uncategorized

Le radio

IMG_0025 La tour radar du Stiff dans la brume – OUESSANT

Je suis de ceux qui parlent au vide.

J’envoie mes pensées dans l’éther…

Je suis ce solitaire avide

De ces contacts de mystère…

Je jette en l’air ma musique.

Je morse, j’accorde, je module…

Je tisse des liens d’amnésique,

Je code et décode et formule…

Je joue du manipulateur,

Je trille les points, je tire les traits,

Et cela fait mon bonheur,

Limité et bien imparfait.

Je suis coupé de toute chair,

Je suis retranché sur les ondes

Et n’obtiens de réponses claires.

Je suis bien seul en ce bas monde.

Je n’envoie pas de SOS.

Ce monachisme me va bien

Et je ne suis pas en détresse…

Et puis, je n’ai peur de rien…

Hotel…Echo…Romeo…

Victor…Echo…( et pas Hugo)…

Alpha…

Deux fois Lima, (Ni Lama, ni Alpaga…)…

India…Oscar…(Il se fait tard)…

Utha…( ou Ursule, par hasard)…

X-Ray…( mais portez-vous bien)….

Un message, ça n’a l’air de rien.

Par défaut
Uncategorized

AUSCHWITZ

Camp

Peinture: Zoran MUSIC

Le nom de ce lieu sinistre ne pourra jamais rimer au bout d’un vers.

Ce mot ne peut se dire sans baisser la voix, oh, juste un petit peu, mais il le faut.

Ce mot est un enfer, un enfer voulu, bâti, agi par des hommes…qui sont déchus de ce titre pour toujours, vivants ou non.

Et c’est pire que l’enfer de toutes les religions, parce que c’est un enfer artefact.

Les démons qui y oeuvraient, poussaient à l’infini l’action d’une volonté dépravée.

Et ils faisaient leur « travail » avec application et discipline, mais hors du champ de ce que nous appelons Conscience.

Leur crime a été nommé génocide, crime contre l’espèce humaine, crime contre toute civilisation, contre tout état de droit.

L’administration d’un état, à l’origine hautement civilisé, ses polices, ses justices, ses administrations, se sont mises au service de criminels et ont été complices sans protester et leurs délits ont été inusités et terrifiants.

Des religions, sans doute en tant qu’organisations constituées, ont détourné les yeux, d’autant plus coupable que les victimes désignées étaient pratiquante d’une des trois religions du Livre, le Judaïsme. Des petites gens, employés de chemin de fer de la Reich Bahn ont transporté des millions d’hommes, femmes, enfants, vers les camps de la mort. De grands industriels ont été des complices par intention ou non, mais ils ont bâti des entreprises aux rives de camps, à l’orée des barbelés et sous le vent des crématoires. Ils ont exploité les esclaves du nazisme sans sourciller. Tout cela est su. Et il faut le répéter sans cesse car un silence de plus en plus pesant tend à recouvrir ces vérités épouvantables. Le silence rend complice. Même à notre époque, 70 ans après, il faut y penser.

Le vingtième siècle aura accouché de deux monstruosités en même temps : Le massacre des masses dans des camps et la fission nucléaire des deux bombes atomiques lâchées sur le Japon.

On a ainsi créé, développé, entretenu la technologie de la mort. On a industrialisé l’holocauste. On a associé à sa mise en oeuvre le concept économique du rendement, celui du productivisme : « Combien de gazés par jour » ? Jamais assez…« Combien de tués annihilés en une fois, dans quel rayon ? Pour quel coût? Cela revient moins cher que de continuer la guerre encore un an, …Alors frappons à Hiroshima, calcinons Nagasaki ! »

Et la loi du silence, l’omerta, le « Narcht und Nebel » tissé sur tout cela…ou, ce qui revient au même, les tentatives pour nier l’injustifiable, diluer les responsabilités, organiser le travestissement de l’Histoire. Les rescapés ont peu parlé, finalement. Ils avaient peur de ne pas être crus. Ils répugnaient à attirer l’attention sur eux…Ils se sont terrés ? Ils ont fui vers la sécurité que leur offrait l’Amérique anglo-saxonne ou le jeune état d’Israël.

Il en résulte qu’en tant qu’être humain, je n’ai plus une très grande confiance dans les institutions humaines…

Consciences, consciences, comme vous pesez peu entre les mains des gourous, des faux prophètes, des manipulateurs de foules, des scientifiques sans état d’âme, des autorités stipendiées et conquises par les délires des idéologues, des économistes à la solde des marchés. Je n’ai plus confiance en un ordre établi. Tous les « responsables » me semblent suspects de pouvoir se transformer en monstres…si le contexte les pousse à cela, si notre indifférence ou notre pusillanimité le leur permet.

Auschwitz, tu fais parti des lieux hantés à jamais. Je ne t’ai jamais visité.

Le Struthof, si, je l’ai fait…par devoir.

Je n’ai pas tenu dix minutes dans le couloir de la baraque où on torturait, où on faisait des « expériences » médicales, avec sous mes pieds l’installation du crématoire dont la vapeur était récupérée pour chauffer les antres des bourreaux.

Je n’ai pas tenu.

« Ils » étaient tous là, les fantômes des victimes…Je me suis senti tellement coupable d’y être, moi aussi, vivant, en bonne santé…menacé par personne…dans un pays en paix.

J’avais surtout peur du voyeurisme, du sel du morbide d’une esthétique de l’horreur. Est-ce qu’on est bien sûr de ne pas avoir un début de ces maladies là, lorsqu’on se rend dans de tels lieux ?

Il y a une force immense qui vous broie, là, dans l’enceinte des barbelés, au pied des miradors, dans les baraques à châlits… Lieux « de mémoire » ? Pas seulement. Ce ne sont pas des rappels didactiques, des pense-bêtes pour comprendre qu’il existe un ordre noir, une confrérie de barbares, une fraternité des bourreaux…Non, c’est plus que cela. C’est inhumain. C’est une injure à l’âme, comme un crachat en pleine gueule de notre esprit. Notre sensibilité y est broyée. C’est la somme intégrale de toutes nos peurs, rendues concrètes et infligés à nous même par l’intermédiaire du travail des bourreaux qui s’expose ici. Ce n’est même pas du terrorisme d’Etat qui s’est exercé là. C’est de la démence contrôlée. Et nous ne pouvons plus rien. C’est fait.

Que dire aux fantômes des victimes ? Il faut parler aux fantômes, je crois. Peut-on les apaiser ? Notre innocence est morte avec eux. Nous ne serons plus jamais innocents.

Pensons-y souvent ! Pensons-y toujours !

Que le grain ne meure

Cela est ma Passion.

Que la Raison demeure

Et c’est-là ma mission.

Que l’Amour soit au monde.

Qu’il nous baigne, apaisant.

Qu’il nous soit comme l’onde

Lustral et frémissant.

Aux ordres, soyons de ces rebelles

Qui refusent en criant :

Plus jamais, ni « Narcht », ni « Nebel »…

De désobéir, nous reviendra l’espoir :

Seule notre humanité doit écrire l’Histoire.

H.A.

Par défaut
Uncategorized

JOYEUX NOEL à tous et à toutes….

IMG_0198

Dessin de MOEBIUS in STARWATCHER AEDENA Ed

Suivez l’Etoile guidant nos vies.

Levez la tête ; voyez la bien.

Ayez le courage de vos envies ;

De vos attraits faites des liens.

Oui, parfois le chemin est rude !

La route monte, semée d’embûches.

Les questions dépassent nos études

Et nous laissent sots comme des cruches.

Mais montons, montons toujours !

Oui, la vie est un roman !

Vivons nos désirs au grand jour,

Car l’amour nous rend plus grands…

Protégeons ceux qui sont faibles,

Résistons à ceux qui sont forts.

Que l’amitié soit la régle.

Cultivons la comme un trésor.

En toute action soyons galants…

Les poches vides vont les seigneurs,

Et c’est le cœur qui nous fait grands.

Et à tous pleins de bonheurs…

L’Etoile est bonne, l’Etoile est belle,

Qui nous dit : « Joyeux Noël »…

Par défaut